LE JAZZ JETTE JUNE FÊTE SES 30 ANS ! | Centre Culturel de Jette
FOCUS / INTERVIEW

LE JAZZ JETTE JUNE FÊTE SES 30 ANS !

Le 21 juin 2019 à 12:00
Jette

Infos :
info@ccjette.be
02 426 64 39

Le vendredi 21 juin, le Jazz Jette June soufflera sa 30ème bougie. En trente ans, ce rendez-vous musical incontournable à Jette a parcouru un sacré bout de chemin. Pour l'occasion, on vous propose un grand écart dans le temps.

Passionné de Jazz, William Poppe a tenu les rênes de l’Armillaire de 1991 à 2008. Aujourd’hui, il est le dernier témoin au sein de l’équipe du Centre culturel a avoir assisté aux premiers pas du Jazz Jette June. Avec 20 éditions du festival à son actif, William est satisfait de la pérennité du projet. Une petite dose de fi erté l’envahit alors qu’il revient sur la toute première édition du festival organisée avec la commune de Jette. Nous sommes en 1990. William n’est pas encore directeur mais animateur. L’équipe du Centre culturel de l’époque souhaite organiser un événement d’une certaine envergure, en parallèle de la Fête de la Musique organisée par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Un événement qui clôture la saison et ouvre l’été. L’équipe prend également exemple sur le Jazz Rally qui deviendra par la suite le Jazz Marathon puis le Brussels Jazz Weekend. « Étant amateur de jazz au sens très large, je me suis dit que j’étais tout à fait capable de faire un truc comme ça. Je connais aussi certains musiciens; j’allais voir beaucoup de concerts dans des petits cafés-concerts du centre de Bruxelles », raconte William. Pour l’équipe, le souci principal est de proposer un jazz accessible à tous.

 

« C’était un vrai pari, à Jette. Dans des lieux qui accueillaient difficilement des concerts, qui n’étaient pas destinés à ça. On a dû improviser, arranger les lieux »

 

Accompagné d’un collègue de la commune, William passe de cafetiers en cafetiers pour leur demander s’ils sont intéressés par l’organisation
de concerts de jazz au sein de leur établissement. L’idée, inédite à Jette, plaît d’emblée. Petit à petit, au gré de leurs rencontres, se dessine le premier parcours entre les cafés qui prendra vie en musique le vendredi 22 juin 1990, lors de la toute première édition du festival. À ce moment, il n’y a pas encore ce grand podium installé aujourd’hui sur la place Cardinal Mercier. « C’était un vrai pari, à Jette. Dans des lieux qui accueillaient difficilement des concerts, qui n’étaient pas destinés à ça. On a dû improviser, arranger les lieux », se souvient William. Pendant les quelques heures qui le séparent du grand départ du festival, William traverse la commune dans un petit train loué pour l’occasion. À son bord, un groupe de percussionnistes joue toute l’après - midi les premières notes du festival pour attirer les Jettois. « Les gens se demandaient un peu ce qui se passait car ils ne connaissaient pas le Jazz Jette June. Il y avait une espèce d’effervescence dans la commune. » Mais dès la première édition, le public est au rendez-vous.

D’année en année, le festival se développe au rythme des musiciens qui y participent. Ce n’est qu’en 1994, lorsque la Fête de la Musique propose à l’équipe du Jazz Jette June de se joindre à sa programmation, que le premier podium est installé sur la Place Cardinal Mercier. Un podium qui ne manquera plus jamais à l’appel... Parmi quelques pointures qui ont foulé ses planches, William se souvient de Toots Thielemans, du guitariste Philip Catherine, de Charles Loos, du saxophoniste Pierre Vaiana, ou encore de Pierre Van Dormael. « On offrait aussi la possibilité aux musiciens peu connus de venir jouer» se rappelle William. Amik Lemaire, l’actuel directeur de l’Armillaire qui a repris le flambeau du festival depuis 2015, constate au cours des dernières éditions une sorte de renouveau du jazz avec de plus en plus de jeunes groupes qui postulent pour venir jouer au festival, comme le groupe Nordmann en 2018.

Cette année, le podium accueillera notamment le jeune groupe Base-12 de 20h à 21h.
Depuis trente ans, il n’existe pas de début d’été sans le Jazz Jette June...